Startups

[START : Sortir son MVP] Vinidaily, AlegoDrive, TomoGrow, idKlean et Gumami racontent la rencontre avec leur marché

1 juin 2021

Sortir son MVP startup START EuraTechnologies
EuraTech

Pour le premier épisode de cette série autour des incubés du programme START, nous avons interrogé les startups Vinidaily, AlegoDrive, TomoGrow, idKlean et Gumami pour qu’elles partagent avec nous les temps forts, difficultés et remises en questions de cette étape-clé de leur développement : la première rencontre avec leur marché. Dès leur MVP (Minimum Viable Product) achevé, elles se lancent ainsi dans un test in vivo de commercialisation de leur produit. C’est à cette période que se confronte l’idéal de l’entrepreneur en herbe avec la réalité du terrain. Découvrez leurs retours d’expérience.

Le panel de startups

  • Gumami est une offre de cours de cuisine en ligne par des amateurs et chefs confirmés.
    Co-fondateurs : Romain Lebas et Oriane Mary
    > Lire leur retour d’expérience
  • AlegoDrive est un service drive de plats de restaurateurs aux périphéries des villes.
    Fondateur : Donatien Dhombres
    > Lire son retour d’expérience
  • idKlean facilite la vie des loueurs grâce à un service de conciergerie (ménage, accueil et départ des locataires).
    Fondatrice : Justine Parrat
    > Lire son retour d’expérience
  • TomoGrow est une solution d’urban smart farming (ou ferme verticale urbaine) qui permet de faire pousser des herbes aromatiques directement en grande surface pour des produits locaux et toujours frais, à cueillir soi-même.
    Fondateur : Jérémie Delbart
    > Lire son retour d’expérience
  • Vinidaily développe une app à destination des consommateurs de vin pour les accompagner dans la quête du meilleur vin lors de leurs achats en grande surface
    Co-fondateurs : Carla Carfagno et Nicolas d’Aligny
    > Lire leur retour d’expérience


> Porteurs.ses de projets dans la tech ?
Postulez au programme START !

Gumami : à l’écoute de son marché

Oriane Mary et Romain Lebas sont entrés dans le programme d’incubation START 14 en septembre 2020, suite à leurs études en école de commerce. Immédiatement après le début de leur incubation, la crise sanitaire vient perturber leurs projets de service de livraison pour l’événementiel en entreprise. Ils décident de pivoter et créent Gumami, des ateliers culinaires en visio-conférence dispensés par des amateurs et des chefs, un format parfaitement adapté à la période. 

Gumami MVP

Oriane Mary et Romain Lebas, co-fondateurs de Gumami

Pour tester l’appétence de leur marché, Oriane et Romain lancent un questionnaire sur les réseaux sociaux qui leur permet de récolter 1400 réponses et 150 e-mails de prospects. Côté site marchand, ils se tournent vers un CMS (éditeur de site web) et développent en trois jours leur MVP, le tout facilité par l’approche no-code de ce type d’outil (sans nécessité de s’y connaître en langage de développement informatique). Avec les contacts récoltés via le questionnaire, ils obtiennent des retours précieux sur leur offre : tarif que les consommateurs sont prêts à payer, recettes favorites, horaires de prédilection… Grâce à cette première base, ils publient leur site web en novembre 2020 et se lancent en proposant des cartes cadeaux à l’achat à Noël : « Des articles ont paru dans la presse rubrique marché de Noël à propos de nos cartes cadeaux. Nos premiers clients sont arrivés ainsi et ont donné envie à d’autres d’acheter des cours à leur tour et d’en faire acheter à leur cercle » s’enthousiasme Oriane. Gumami obtient 50 clients en deux mois. Mais en février, l’engouement des fêtes passé et la première base d’acheteurs adressée, Gumami connaît une chute des ventes.

C’est à ce moment-là qu’Oriane et Romain décident de se remettre en question et de relancer un questionnaire pour doser à nouveau l’intérêt des consommateurs et adapter leur formule : « Nous avons connu un moment de doute qui a été résolu par l’envoi de ce questionnaire. Le premier n’étant pas probant. On a listé nos soucis, pour trier ce que l’on voulait conserver et ce qui n’était pas essentiel. » Les deux associés pour réaligner leurs choix avec efficacité tout au long de ce long processus de décision qu’est l’élaboration de leur MVP ont opté pour la création d’une charte : « Notre charte permet de confronter nos visions d’entrepreneurs et nos valeurs avec les choix que nous devons opérer. Au moment de signer avec un partenaire, nous relisons notre charte pour vérifier si ce partenaire correspond à nos valeurs, comme son caractère éco-responsable, par exemple » explique Romain Lebas.

Aujourd’hui, les co-fondateurs de Gumami ont dépassé les 100 premiers clients avec un panier moyen à 25 euros pour leurs cours de cuisine en ligne et un taux de rachat à 1,7 %. Suite à de nombreuses demandes, ils ont écouté leur marché et lancé une offre BtoB pour les séminaires d’entreprise et le team building avec des ateliers adaptés pour les salariés.

Découvrir Gumami

AlegoDrive : saisir des opportunités marchés

Donatien Dhombres est issu de Centrale Lille et de l’EDHEC. En sortie d’école, il se passionne très vite pour l’entrepreneuriat. Il imagine comme premier produit un outil pour faire ses courses à partir de recettes. Il découvre alors qu’un concurrent déjà structuré existe sur ce marché et qu’il a déjà avancé avec les plus gros acteurs français de la grande distribution et réalisé une levée de fonds de 2 millions d’euros. Ce constat fait, le porteur de projet part au Japon pendant trois mois et se prend d’engouement pour l’un des produits-phare de la restauration rapide au Japon : l’onigiri (une boulette de riz fourrée recouverte d’une algue, qui fait office de « sandwich »). Donatien rencontre des industriels sur place et élabore un business plan. De retour en France, il découvre que Daniel Marhely, co-fondateur de Deezer et de Blackpills, s’est lancé avec deux autres têtes d’affiche de Deezer (Alexandre Croiseaux et David Quenet) sur le même business, à peu près à la même période. Malgré cette concurrence, il se lance et teste la vente du produit via différents canaux. C’est la précommande en périphérie de ville qui fonctionnera le mieux et il réalise ainsi plusieurs centaines d’euros de chiffre d’affaires par jour. Il se rend ainsi compte de l’opportunité du marché de la précommande en périphérie de ville.

Donatien décide alors de se lancer dans un projet mêlant food et tech à destination de la population des périphéries urbaines, qui n’a pas toujours accès aux services de livraison de restaurants. Il se lance dans le codage de sa solution en solo, puis intègre EuraTechnologies et le programme d’incubation START 14 en 2020 : « Après des nuits à rallonge à coder en React et en Node et des échanges avec ma Startup Manager, j’ai décidé de me tourner vers une solution no-code, ce qui m’a permis d’accélérer la sortie de mon MVP » explique le fondateur. Il lance AlegoDrive, un service de précommande de plats de restaurateurs disponible en drive dans les périphéries urbaines des Hauts-de-France. Partenaire de plusieurs restaurants et avec un premier emplacement, Donatien lance son projet, né des problématiques liées à la crise sanitaire.

Découvrir AlegoDrive

idKlean : savoir déléguer

Justine Parrat est la fondatrice d’idKlean (ex Groomies). Pendant ses études en école de commerce, Justine travaille chez un important acteur du tourisme. C’est au fil de son travail dans l’entreprise que germe en elle l’idée de développer un projet qui adresse les besoins spécifiques des loueurs de locations saisonnières (Airbnb, GDF, Booking). La solution idKlean est née du constat que la gestion occupe un espace non négligeable dans les préoccupations du quotidien des loueurs de meublés. Et le marché de la conciergerie, qui est une réponse à cette problématique, pâtit d’un manque de transparence. Justine Parrat décide de lancer son projet pour mettre en lumière les prix des prestations et la compétence des professionnels du secteur.

C’est sans compétences technologiques initiales que Justine Parrat se met à coder son site vitrine avec un éditeur CMS no-code. Mais le processus est fastidieux et court-circuite le développement de ses autres compétences de chef d’entreprise en devenir : « Je n’avais pas prévu la phase d’apprentissage nécessaire. Pendant deux semaines, j’ai regardé des tutos sur Internet. Tout ce que je faisais, je le déconstruisais au fur et à mesure. Puis, j’ai fini par avoir des bases, j’ai su mettre en place un calendrier de réservation pour les comptes particuliers et professionnels, un module de paiement via Stripe, etc… » détaille Justine Parrat. Elle partage avec les incubés de sa promo ce besoin de montée en compétences pour monter son projet initial, avec qui elle se remotive dans les phases plus laborieuses du processus et notamment avec AlegoDrive et Gumami.

Au final, Justine Parrat décide malgré tout de confier la réalisation de son MVP à un prestataire qu’elle finance grâce à l’obtention d’un FRI (Fonds Régional d’aide à l’Innovation) dédié aux startups en incubation : « Cela m’a permis d’avoir non pas un MVP mais une première version de mon site internet à moindre coût. J’en tire la leçon que nous avons tous des savoir-faire et des compétences, mais il est important de savoir déléguer et de faire confiance aux autres quand la mission ne relève pas de notre domaine d’expertise ! » conclut-elle.

TomoGrow : plusieurs itérations du prototype avant le MVP

Jérémie Delbart, 27 ans, ingénieur de formation, est le CEO et fondateur de TomoGrow (ex Mes Petites Feuilles) aux côtés de son associée, Camille Ernould. Cette startup s’est donné pour mission de participer à l’élaboration d’une nourriture de qualité pour demain, en prenant en compte différents paramètres : l’espace agricole disponible, la problématique du respect de l’environnement, les émissions de gaz à effet de serre, le mode d’approvisionnement, le gaspillage alimentaire et la fraîcheur des produits. Pour répondre à tout cela, Jérémie Delbart a créé le concept de TomoGrow, des armoires qui contiennent de véritables fermes verticales urbaines à implanter directement dans les grandes surfaces, à disposition des consommateurs.

Mis en relation avec les Supermarchés MATCH via l’écosystème EuraTechnologies et son Startup Manager au sein du programme START sur le campus de Willems, le CEO de TomoGrow se lance dans un premier temps dans le développement de son prototype industrialisable pour présenter dans un second temps un MVP sur-mesure à cet acteur de la grande distribution. « Mon premier prototype était un monstre que j’ai fabriqué dans mon garage » raconte t-il. Il se relance avec son associée dans la confection d’un produit plus esthétique, avec un système d’arrosage aéroponique, un éclairage spécifique pour mettre les plantations en valeur et une solution technologique simple pour la remontée de données et la connectivité du dispositif.

La crise sanitaire ralentit la phase de prototypage des fermes verticales, faute de pénurie de composants électroniques. Mais l’équipe s’accroche et continue à communiquer et à monter en compétence. Jérémie raconte la préparation de sa rencontre avec son marché : « On s’attaque à de l’alimentaire et le marché français sur ce secteur est complexe.  Ca a été difficile de faire comprendre aux gens la valeur écologique de notre produit. On a donc rajouté un compteur dans notre produit pour démontrer les litres d’eau économisés. » Pour vérifier que sa solution plaît, Jérémie présente ses fermes verticales urbaines à son premier cercle et récolte leurs avis autour du design, du fonctionnement et de l’expérience-utilisateur… Ce qui lui permet d’améliorer l’ensemble du hardware.

A ce jour, le modèle économique de TomoGrow repose sur la location du mobilier tout-compris avec le système d’arrosage connecté intégré. Les fermes verticales seront bientôt en test dans les supermarchés Match.

Découvrir TomoGrow

Vinidaily : à la conquête de la grande distribution

Vinidaily, c’est l’histoire de la rencontre entre Nicolas d’Aligny et Carla Carfagno, deux passionnés d’œnologie venus respectivement de Lyon et Bordeaux pour lancer leur projet à Lille, à EuraTechnologies. À force d’étoffer leurs connaissances en matière de vin dans le milieu associatif de l’œnologie, Carla et Nicolas tombent d’accord sur une idée commune : une solution pour aider les consommateurs à trouver un vin qui leur corresponde au moment exact où ils font leurs courses. Carla Carfagno raconte : « Ça m’est souvent arrivé que des amis m’appellent directement depuis les rayons du supermarché ! Avec Nicolas, nous nous sommes rencontrés via une connaissance commune. On a fini par s’associer parce que nous avions la même vision de ce projet » raconte t-elle.

Vinidaily est une application mobile qui fait office de guide d’achat de vins pour le consommateur en grande surface. Grâce à un questionnaire doté de questions telles que « comment bois-tu ton café ? Es-tu plutôt sucré ou salé ? » L’app Vinidaily capte les goûts du client et lui propose grâce à un système de matching des domaines et cépages adaptés. L’app rend également service à la grande surface puisqu’elle fait office de sommelier virtuel disponible 24h/24, 7j.7 et recense exclusivement les bouteilles en stock dans le magasin. Pour trouver l’application mobile, un QR code est disponible en rayon. 

Pour lancer la commercialisation de son produit, Vinidaily a été mis en contact avec Carrefour à Wasquehal, dans la métropole lilloise. Le test a duré un mois et la startup a récolté un taux de satisfaction élevé avec la note de 4,8/5 : « Les retours ont été très positifs, ce test grandeur nature nous a permis de valider le retour client, c’était l’essentiel pour nous. » Côté grande surface, le MVP de Vinidaily a été mis en place gratuitement chez Carrefour et la startup est en négociation avec quatre grands groupes pour insérer son sommelier virtuel doté d’une intelligence artificielle détectrice de bons crus dans une flotte de magasins d’ici l’automne prochain.

Découvrir Vinidaily dans la presse




EURATECH’DAY SUMMER

RDV le 24 juin pour cette nouvelle édition ! Au programme : conférences et démos de startups de 14h à 17h30