Startups FinTech

Gabin Tsafack : un jeune prodige de la République lance sa Fintech

22 juillet 2020

Gabin Tsafack, étudiant en Master Administration économique et sociale à la faculté des Sciences Juridiques Politiques et Sociales, vient d’être distingué « Prodige de la République » par Michel Lalande, Préfet du Nord. Accompagné par EuraTechnologies Lille, le Hubhouse de l’Université de Lille et la BGE, il travaille au lancement de GabiExpress, un service Fintech destiné à la diaspora africaine.

Gabin Tsafack : un jeune prodige de la République lance sa Fintech
EuraTech

Courage et détermination, voilà deux qualificatifs – parmi de nombreux autres – qui pourraient résumer le parcours de Gabin Tsafack, un étudiant exemplaire de 27 ans d’origine camerounaise qui vient de se voir distingué « Prodige de la République » pour la région Haut-de-France. Malgré un parcours atypique et une vie personnelle difficile, Gabin fait montre d’une détermination sans faille. Cumulant deux formations (ingénierie informatique et sciences de gestion), il a l’entrepreunariat chevillé au corps. Une passion qui commence tôt puisqu’il lance sa première entreprise à l’âge de 17 ans seulement, et dont les bénéfices lui serviront pour financer ses études.

Une Fintech à l’aide la diaspora africaine

C’est lors de son stage de fin d’étude en ingénierie informatique qu’il a l’idée de GabiExpress, son dernier projet. « L’envoi d’argent par les émigrés dans leur pays d’origine est souvent un problème car dans de très nombreux cas, il n’est pas utilisé correctement. Pour moi, le déclencheur a été l’histoire de cette femme qui a envoyé de l’argent pendant 15 ans pour construire sa maison, et qui, une fois de retour au Cameroun, a constaté que les fonds envoyés avaient été détournés », explique-t-il. Et les volumes financiers sont loin d’être anecdotiques : chaque année, ce sont 71 milliards d’euros qui sont envoyé par 41 millions d’africains dans leur pays d’origine.

GabiExpress est une réponse efficace au problème du détournement d’argent. L’idée est simple : substituer l’envoi de numéraire par l’achat de biens ou de services, directement dans le pays concerné. Pour se faire, GabiExpress développe un réseau de commerçants partenaires auprès desquels il est possible de réaliser ces transactions. « Notre projet de Fintech est actuellement en cours de développement », explique Gabin Tsafack, « et nous sommes en phase de test sur plusieurs commerçants au Cameroun ».

Pour l’heure, si GabiExpress est uniquement en test au Cameroun, Gabin Tsafack a déjà en tête une approche beaucoup plus globale pour son projet. « Dans les 12 prochains mois, nous ouvrirons GabiExpress respectivement au Burkina Faso puis en Côte d’Ivoire. Ces marchés seront développés durant trois ans, puis nous déploierons progressivement le projet vers deux autres pays africains », détaille-t-il. Et si l’aventure de GabiExpress est un succès en Afrique, Gabin Tsafack imagine déjà sa Fintech au service de toutes les diasporas mondiales. « Mon rêve ? Marcher dans les traces de Jack Yun MA, mon modèle absolu », s’enthousiasme-t-il.

Le numérique recrute ! CDD, CDI, stages, alternances & decouverte des formations

Rendez-vous au Daily Jobs le 29 & 30 septembre à EuraTechnologies, Lille