Startups Santé & bien-être

Anybuddy rend les sports de raquette plus accessibles

7 octobre 2020

Les fondateurs de Anybuddy aiment les sports de raquettes. Leur mission est simple : rendre ces sports, comme le tennis, plus accessibles et plus instantanés.

Frédéric, Martial et Arnaud, co-fondateurs de Anybuddy
EuraTech

Comme souvent, Anybuddy nait dans l’esprit de ses fondateurs suite à une frustration. Pour Frédéric, Martial et Arnaud, qui débutent leurs carrières professionnelles, il s’agit simplement de ne plus pouvoir pratiquer facilement leur sport favori. Dans une recherche plus mobile et plus instantanée de la pratique du sport, ils décident de construire un modèle orienté vers une pratique « à la carte » du tennis, et autres sports de raquettes. Entretien avec Frédéric Fouco, co-fondateur de Anybuddy.

Quelle est la genèse de Anybuddy ?

Anybuddy est avant tout un projet porté par des amis passionnés de sport. Avant nos études et notre démarrage professionnel, nous étions tous membres d’un club de sport, que nous avons tous abandonné une fois que nous sommes entrés dans la vie active. A ce moment particulier de nos vies, il nous semblait difficile de s’engager à l’année dans un club. Nous souhaitions plus de souplesse dans notre pratique du tennis, mais il n’existait aucune réponse concrète à nos attentes de pratique « à la carte ». On a constaté que c’était très compliqué d’accéder à ce mode de consommation avec ce type de sport car nous faisions face à des contraintes fortes liées aux modèles historiques des clubs (obligation de certificat médical, prix des licences, obligation d’être membre pour accéder aux terrains, etc.). En 2016, nous avons donc commencé à travailler sur un concept pour rendre l’accès aux courts plus simple. Tout est parti d’un besoin qui nous était propre et qui a été adopté par une communauté de joueurs.

Quels ont été les freins ?

Nous sommes allés voir les premiers clubs dans la métropole européenne lilloise et ça n’a pas été simple immédiatement. Historiquement, les clubs ont un fonctionnement particulier : très souvent ils sont gérés par des associations sportives, avec des bénévoles. Il n’y a pas toujours de personnel dédié pour les accès ou pour la gestion des plannings. Néanmoins, beaucoup font face à des difficultés soit en raison de perte de financement ou parce que les sportifs veulent plus de souplesse dans leur pratique. Nos clubs partenaires voient dans l’approche de Anybuddy un moyen de bénéficier de revenus supplémentaires et d’acquérir de nouveaux joueurs.

Quelle est votre mission, et votre vision du marché du sport aujourd’hui ?

Notre mission est très simple : rendre les sports de raquette et notamment le tennis plus accessible et plus instantané. Il y a encore beaucoup de freins à la pratique de certains sports, d’où l’émergence de nouvelles pratiques comme le foot en salle par exemple. Par ailleurs, l’accès aux infrastructures municipales reste souvent compliqué. Les nouveaux usages sont de plus en plus numériques, et le sport ne peut pas échapper à cette tendance. Par exemple, beaucoup de nos clients réservent quelques heures seulement avant de jouer un match. Encore peu numérique, le marché du sport est en pleine évolution, et encore plus désormais avec la pandémie COVID-19. Un changement de l’accès aux pratiques va nécessairement s’opérer. Depuis le mois de septembre, il y a en moyenne 30% de licenciés en moins, tous sports confondus. C’est un cataclysme pour le marché du sport et la pratique fédérale car le manque à gagner va être très important. Aller vers un modèle hybride des clubs entre une pratique fédérale et une pratique à la carte en loisirs est plus proche des évolutions sociales.

Si vous deviez résumer Anybuddy en quelques chiffres ?

Anybuddy c’est déjà 700 clubs partenaires dans les principales métropoles et partout en France, et plus de 150 000 joueurs inscrits sur notre plateforme. Mais notre grande fierté, c’est surtout d’avoir reversé plus d’un million d’euros à nos clubs partenaires en 2019. A noter aussi que nous avons commencé notre expansion à l’international en lançant notre service à Bruxelles en Juin 2020.

Quelles est votre histoire avec EuraTechnologies ?

Au départ, nous ne connaissions pas particulièrement Lille, seul Martial étant de la région. Lorsqu’on a cherché un moyen de nous lancer, nous avons identifié EuraTechnologies qui était l’incubateur le plus actif en France. Nous avons donc « pitché » à Lille, ce qui nous a ouvert les portes d’une incubation dans le programme Start, en 2016. Les avantages ont été quasiment immédiats : nous avons affiné notre modèle et pu trouver des financements afin de développer Anybuddy. Un an et demi plus tard nous avons intégré le programme d’accélération d’EuraTechnologies « Scale« . Mais surtout nous avons eu la chance de réaliser le programme Stanford-Lille innovation & entrepreneurship, ce qui nous a permis de pivoter vers un modèle plus solide, et d’orienter notre offre vers les réservations en temps réel. Notre histoire avec EuraTechnologies dure depuis 5 ans, et nous sommes toujours là…

Pour en savoir plus sur Anybuddy : https://www.anybuddyapp.com/

Pour en savoir plus sur le programme Scale

Pour en savoir plus sur le parcours Stanford

Nos entreprises recrutent ! CDD, CDI, stages, alternances maintenant