Nos actus

Covid-19 : l’écosystème et les makers d’EuraTechnologies solidaires trouvent des solutions

31 mars 2020

COVID-19 makers solidarité
EuraTech

Après des débuts difficiles pour la communauté des entrepreneurs de la tech – temporairement figée, comme dans un état de sidération lors des premiers jours du confinement – un éveil a eu lieu et les startups se sont mises en quête de défis à relever pour aider les soignants et apporter leur pierre à l’édifice dans la lutte contre le coronavirus. Tour d’horizon des initiatives de l’écosystème. 

 

Visières imprimées en 3D

Crédits photo : Delphine Barthe – Stirrup

Des visières de protection imprimées en 3D

La communauté des makers s’est mobilisée en France, suite à plusieurs appels lancés de part et d’autre sur les réseaux sociaux pour trouver des dispositifs alternatifs de protection pour le personnel soignant, en pénurie de masques, dans le contexte de la pandémie COVID-19. En région, un groupe Facebook a permis à Delphine Barthe, fondatrice de la plateforme de gestion du patrimoine solidaire Stirrup et incubée à EuraTechnologies de grouper les énergies solidaires dans les Hauts-de-France, accompagnée par d’autres entrepreneurs.

Les entreprises de l’écosystème d’EuraTechnologies Dagoma, SupplyShip et Trackap ont également joint leurs forces. Le but pour toutes ces entreprises : réaliser des dizaines de milliers de visières de protection pour les soignants chaque semaine, un dispositif d’urgence anti-gouttelettes, grâce à la mise en place d’une chaîne de production et d’approvisionnement logistique.

Visières imprimées en 3D

Crédits photo : Delphine Barthe – Stirrup

Matthieu Régnier, co-fondateur et directeur général de Dagoma explique le dispositif : « Nous avons installé un parc de 300 machines d’impression 3D dans les locaux d’EuraTechnologies à Roubaix (Blanchemaille). Grâce à l’impression 3D, nous réalisons des arceaux complétés par une feuille plastifiée et un élastique pour finaliser la visière de protection ».

Ces visières sont ensuite vendues sur le site de Dagoma à prix coûtant. À ce jour, Dagoma parvient à réaliser 10 000 visières par semaine et espère augmenter très vite la cadence. La visière n’est pas un produit de santé réglementé et n’a pas été labellisé au titre de la réglementation de marquage CE : « Ce sont des dispositifs conçus en période d’urgence afin de répondre à une demande de professionnels exposés et proposé à usage limité à responsabilité de son utilisateur (profession médicale et paramédicale) » ajoute l’entrepreneur.

Dagoma est assisté dans la chaîne d’approvisionnement logistique par la solution de transport SupplyShip et la startup Trackap. Alexandre Luternauer, co-fondateur de Trackap intégré au programme SCALE, a fourni les premiers plans 3D à Dagoma et aidé à l’industrialisation du processus. Il raconte : « J’ai aidé à assembler le puzzle entre les acteurs« . Benoît Duhamel, CEO de SupplyGroup et fournisseur de la solution de transport SupplyShip utilisée dans ce contexte ajoute : « Sur ce projet, suite à l’appel d’Alexandre et pour aider Mathieu (Dagoma), j’ai donné accès à nos contrats et services de transports à prix coûtant ».

À date, Dagoma croule sous les demandes.

… Et Chronix rejoint le mouvement

Les startups de Saint-Quentin (campus numérique et robotique d’EuraTechnologies) ne sont pas en reste et Chronix, spécialiste des technologies du spectacle, vient de rejoindre ce formidable élan maker en produisant ses propres visières de protection. Pierre Kolle, son CEO, a lui choisi de suivre le mouvement bénévole à échelle nationale des Visières Solidaires. Au départ, c’est le même système que chez Dagoma :  un arceau de tête à imprimer en 3D et une feuille de plastique transparente à y ajouter. L’entrepreneur raconte : « Nous avons mis à disposition nos imprimantes personnelles, celles de Chronix et du fablab pour produire plus vite le weekend ». La ville de Saint-Quentin les contacte pour les aider à mettre en adéquation besoins et moyens. La communauté de makers bénévoles grandit, passant de 5 à 27 personnes impliquées sur le territoire Saint-Quentinois, qui produisent alors 463 visières imprimées en 3D en moins d’une semaine.

La startup Chronix rejoint le mouvement des Visières Solidaires

 

Phénomène identique que pour les entrepreneurs de Dagoma, Trackap et SupplyGroup, les demandes affluent rapidement.

 

visière de protection

Chronix se met alors en quête d’une solution plus légère, plus économique et plus rapide à produire et aboutit après deux semaines de recherche à un design simplifié à découper au laser dans des feuilles A4, identiques à celles utilisées pour les visières : « J’ai trouvé une entreprise qui découpe bénévolement la matière qu’on lui apporte et qui peut réaliser jusqu’à 60 visières par heure. Il faudra ensuite 15 minutes pour assembler ces 60 visières. On peut donc produire plusieurs centaines de visières par jour avec seulement 2 personnes, tandis qu’il faut entre 30 minutes et 45 minutes, pour faire un support de visières en 3D, auquel il faut toujours ajouter une feuille plastique » explique t-il.

 

 

WAVEVinci Énergies organise une collecte de matériel sanitaire

Vinci Energies, partenaire du nouvel incubateur PropTech d’EuraTechnologies basé sur le campus de Roubaix a organisé une collecte au sein de son bâtiment connecté WAVE grâce à la mobilisation de ses équipes sur Lille et la mobilisation d’entreprises proches. Résultat de la collecte : masques, gants, combinaisons jetables, gel hydro-alcoolique, savon, lunettes de protections pour le personnel soignant. 

Shedo couture

Les masques cousus par la startup Shedo pour le personnel soignant du CHU de Lille.

Atelier couture : 50 masques à coudre en 48h pour Shedo

Shedo est une jeune startup fondée par Alice Le Biez en septembre 2019 et installée sur le campus Roubaisien d’EuraTechnologies. La cheffe d’entreprise témoigne : « Je fabrique habituellement des abats-jours mais la situation actuelle a obligé un grand nombre d’entreprises françaises à arrêter leur activité et ça a été aussi le cas pour mon entreprise. À la mi-mars, le CHU de Lille a lancé un appel dans La Voix du Nord  pour mettre en place des ateliers couture pour la confection de masques. J’ai décidé d’y participer. Nous avons eu pour mission de réaliser d’après un cahier des charges et un kit livré directement chez nous par l’entreprise LeMahieu en lien avec le CHU et la communauté Le Souffle en Nord, 50 masques en 48 heures. Pour moi, relever ce défi a été une récompense personnelle et j’ai eu la fierté de voir les entreprises basées sur le campus d’EuraTechnologies mettre leurs compétences et moyens au service de la communauté » apprécie Alice Le Biez.

Critizr récolte 14 000 « merci » pour les commerces de proximité

La startup Critizr, parmi les success stories des startups créées à EuraTechnologies édite une plateforme dédiée à la récolte de feedbacks clients, notamment utiliséee par de grandes enseignes du retail. L’entreprise a proposé une déclinaison de son savoir-faire B2B pour offrir aux consommateurs la possibilité de remercier les commerçants de proximité qui assurent la continuité de leurs activités. À date, la plateforme intitulée pour l’occasion « Vos Clients Vous Disent Merci » a récolté plus de 14 000 remerciements.

Déposer son remerciement à son tour : Vos clients vous disent merci.

 

Quelle fierté pour nos entrepreneurs en région ! Bravo à vous toutes et tous pour votre engagement sans faille.

Porteurs de projets : déposez votre candidature au programme d'incubation START