Développement web, App

Les métiers du développement s’articulent autour de plusieurs métiers du code qui font interagir l’Homme avec la machine par le biais de langages informatiques, dans le but de créer tout ou partie d’un outil technologique de type logiciel ou application web/mobile. Le rôle du développeur est de transcrire en lignes de code (langage informatique) les besoins définis par un chef de projet / chef de produit qui lui même répond à un besoin client ou à un besoin métier.

Un développeur peut développer un site web, une application mobile, un logiciel informatique ou un firmware (micro-logiciel intégré dans un dispositif informatique permettant de le faire fonctionner), une carte électronique embarquée dans un système robotisé, etc. 

 

Développeur, programmeur et codeur sont synonymes. Un développeur peut être spécialisé en certains langages en fonction de son environnement de travail (web, mobile ou embarqué). On distingue trois types de développeurs : les développeurs front qui développent plutôt du web et tout ce qui est visuel et visible par le visiteur. Le développeur back va plutôt s’occuper de la partie API (Application Programming Interface : interfaces de programmation d’applications) et enfin, le développeur Fullstack est capable d’intervenir dans les deux dimensions, front et back et peut gérer tous les aspects du développement d’une application. Le devOps est un métier hybride entre développeur et administrateur système. Il s’agit d’un administrateur système qui a des notions de développement. C’est une personne qui sait comment une application va interagir avec une base de données sur son serveur et comment elle va s’intégrer à son réseau. Ce métier entre les deux est recherché par les entreprises qui utilisent un cloud privé qu’il faut administrer par exemple. Pour développer une application, un développeur a besoin que l’infrastructure soit adaptée à ses besoins. Lui est en charge du développement de l’application mais pas de la configuration du réseau. C’est à ce moment qu’intervient le devOps. 

 

Formations au développement  

 

Les écoles privées de développement ont le vent en poupe ces dernières années tandis que ce métier, extrêmement prisé des entreprises voire incontournable à notre époque, a beaucoup de postes à offrir. Les frais de scolarité des écoles nationales les plus réputées (Epitech, Supinfo, Epita) peuvent grimper jusqu’à 10 000 euros l’année . Une école spécialisée dans les métiers du code est gratuite en France, il s’agit de l’Ecole 42 fondée par Xavier Niel, ainsi qu’un cursus dans les métiers du numérique d’une grande école (Simplon). De nombreux cursus privés existent en format accéléré (bootcamp) pour se former aux métiers du code et peuvent faire l’objet d’un remboursement partiel par Pôle Emploi via les crédits obtenus sur son compte personnel de formation, dans le cadre d’une reconversion professionnelle par exemple. Il existe à l’université des licences en informatique, qui peuvent être complétées par une licence professionnelle, une école d’ingénieur ou une formation privée… afin de passer de la théorie à la pratique, pratique qui est essentielle dans ce métier. 

 

 

Le recrutement en startup 

 

Le métier de développeur est très prisé et peu sujet à la précarité ou au chômage. Il existe beaucoup d’offres sur le marché mais toutes ne sont pas forcément aussi attrayantes que ce que l’on peut imaginer. Les développeurs qui ont la chance de travailler dans un contexte professionnel agréable et avec un bon salaire sont ceux dont on entend le plus parler, notamment ceux qui exercent leur profession au sein des GAFAM ou dans des startups technologiques qui produisent des innovations. Les jeunes développeurs espèrent souvent se retrouver dans ce genre d’environnement. Pour travailler en startup, il faut être compétent, mais également faire preuve de flexibilité. C’est un environnement en évolution permanente, où il faut accepter d’être en apprentissage sur le long terme, il est nécessaire de maîtriser l’anglais technique puisque l’essentiel de la documentation informatique est anglophone ainsi que les langages informatiques. Il faut être rigoureux, organisé, patient, très attentif aux détails et avoir une bonne capacité de résistance face à la pression. Un bon profil de développeur est celui d’un débrouillard orienté solution qui ne laisse pas tomber tant qu’il n’a pas résolu son problème. Il n’existe pas de solution parfaite pour chaque situation, c’est pourquoi le développeur doit avoir une capacité d’analyse forte et savoir se remettre en question.  

 

Les startups technologiques sont des sources d’emploi qui peuvent s’avérer très intéressantes pour les développeurs parce qu’elles apportent beaucoup de pratique et de connaissances variées et les salaires y sont pour la plupart du temps attractifs et ajustés au marché. Travailler en startup est un bon moyen d’apprendre à toucher à tout et à s’adapter.  

LA FABRIQUE : 7 startups e-commerce s'exposent chez MacArthurGlen à Roubaix