Publié le 04/03/2019 dans Levée de fonds, Marketing, Médias sociaux

Potion Social lève 1M€ pour révolutionner le marketing local des retailers

startup potion euratechnologies

Antoine Leclercq s’intéresse depuis longtemps aux mutations du retail à l’heure d’internet et des réseaux sociaux. Après une expérience dans l’informatique au Liban, il est revenu à Lille avec l’intention de lancer son entreprise et a connu plusieurs pivots depuis, jusqu’à une levée de fonds d’un million d’euros fin 2018 avec Potion Social.

Né dans le berceau du commerce et de la vente à distance, Euratechnologies est l’héritier d’une longue tradition d’entrepreneurs au service du retail, et du client. Aujourd’hui les startups ont un terrain d’expérimentation hors du commun dans la métropole lilloise, avec les directions des plus grands groupes français à portée de main pour innover et inventer les usages de demain en magasin comme en ligne. C’est le pari d’Antoine Leclercq et de Potion Social.

Crezeo et Potion Social, pour créer des communautés de clients en local

Quand on pense aux réseaux sociaux et aux liens entre une marque et une communauté de prospects et de clients, on se tourne spontanément vers Facebook. Depuis de nombreuses années les magasins des grandes enseignes nationales cherchent la solution pour animer facilement leurs pages en lien étroit avec le local, en complément d’une stratégie nationale souvent plus facile à mettre en place bien que compliquée à décliner sur le terrain.

Pour beaucoup, Facebook a été la solution évidente. Mais au fil des années, le pari ne s’est pas avéré toujours gagnant. A cause de l’algorithme de Facebook d’une part, qui réduit chaque jour un peu plus la portée des messages des pages de marques et de magasins. Pour la difficulté d’accès à la data également. Car si Facebook récolte beaucoup de données sur les utilisateurs et leurs habitudes et préférences, c’est pour les “revendre” à travers son système publicitaire, pas pour faciliter la vie des administrateurs de page.

potion-vendeur-leroy-merlinAntoine et son équipe ont compris cette dynamique depuis longtemps, et Potion Social répond à ce besoin qu’ont les marques de reprendre la main sur l’animation de leurs communautés de clients en local. Exemple avec Leroy Merlin : “nous avons lancé un programme d’accompagnement des équipes locales pour la montée en compétences sur les outils numériques. On est en plein dans la transformation digitale des points de vente. Hier le point de vente était centré sur lui même, mais on veut que le magasin rayonne et fasse rayonner la marque. Les collaborateurs ont des compétences et des choses à donner, il faut que le magasin contribue au marketing de l’enseigne à son niveau, sur le terrain”.

En quelques mots, voici donc le pitch de Potion Social par son CEO : “La plateforme permet aux collaborateurs en magasin de garder le contact avec les clients une fois ces derniers sortis du magasin, pour animer leur communauté locale. Ils peuvent ainsi poursuivre les échanges. Cela facilite la transformation du magasin en véritable lieu de vie en accompagnant l’organisation d’événements. Potion leur permet aussi d’organiser des micro jeux concours et des opérations fidélité facilement activables auprès de la communauté. On met dans les mains des magasins un outil qui leur permet de faire du marketing local de qualité et de créer du lien.”

Une levée pour accélérer

La levée de fonds d’un million d’euros annoncée en tout début d’année tombe à point nommé pour accélérer le business de Potion Social. Après des projets pilotes sur le terrain, notamment avec Leroy Merlin, la startup lilloise va pouvoir avancer plus vite sur plusieurs axes grâce à cette levée.

Antoine explique : “On se rend compte un peu plus chaque jour sur le terrain qu’il faut vraiment accompagner les collaborateurs en local pour présenter la solution, accompagner la mise en place et faciliter l’utilisation régulière par les collaborateurs”. Cela demande des investissements lourds pour le pôle customer success avec l’embauche de profils de créateurs de contenus pédagogiques et de formateurs pour accompagner les utilisateurs de Potion Social en magasin.

Autre poste important d’investissement : le développement produit avec le lancement courant mars de l’application mobile Potion Social. Aujourd’hui la solution est disponible en version web mobile mais les équipes travaillent sur des versions natives. De quoi ajouter une brique importante au produit proposé sur le terrain avec une application mobile aux couleurs des magasins. Une application permettant de gérer un programme de fidélité nouvelle génération, de recueillir les avis clients, de stimuler la création de contenu par les utilisateurs et d’impliquer encore un peu plus les collaborateurs en interne.

L’aspect commercial va aussi bénéficier de cette levée de fonds. Le produit est aujourd’hui prêt et validé sur le terrain par plusieurs pilotes, il faut trouver le bon modèle pour le vendre aux retailers. Une des approches de Potion Social est de s’entourer d’agences partenaires pour pousser la solution dans le cadre d’un plan stratégique plus global. Ce format de collaboration paraît en effet intéressant pour nouer des relations de confiance avec des partenaires prescripteurs de l’outil auprès de leurs clients grands comptes, un atout majeur dans la manche d’Antoine Leclercq et de son équipe.

Un entrepreneur qui pivote, qui rebondit, et qui s’implique

Antoine-PotionL’histoire d’une startup n’a rien d’un long fleuve tranquille. Antoine nous le confirme bien volontiers : “Depuis le lancement de Crezeo en 2010 nous avons connus plusieurs pivots. Un premier pour aller vers le format agence pour accompagner les annonceurs dans leurs stratégies de création et d’animation de communautés clients. Puis un second pour se concentrer sur le produit que nous utilisions en interne pour animer ces communautés et qui est devenu Potion Social”.

Arrivé aux débuts d’Euratechnologies en 2010, Antoine a vu évoluer l’écosystème, et il est dithyrambique : “Jusqu’à 2015 on était dans la création de l’écosystème, on profitait de l’environnement positif avec quelques partenariats. Mais depuis 2016 avec la V2 de l’écosystème tout se structure beaucoup plus, les investissements arrivent, nous sommes entrés dans un cercle vertueux qui permet de faire grandir tout le monde.”

Pour un “ancien” de l’écosystème Euratechnologies c’est même super agréable à voir. Tout l’écosystème qui se développe autour est incroyable. C’est hyper pertinent d’être là, les grands groupes s’intéressent à tout ce qui se passe ici”. Un levier de croissance indéniable pour les startups incubées et en accélération, mais aussi pour les entrepreneurs plus expérimentés qui sont là depuis longtemps.

Demain tous utilisateurs de Potion Social ?

La dynamique autour de la gestion des communautés clients en local et des problématiques de confiance et de performance côté Facebook va dans le sens de la solution proposée par Potion Social, c’est indéniable. La levée de fonds récente va permettre de passer à l’échelle avec les grands comptes et les agences partenaires, mais va aussi accompagner Antoine Leclercq et son équipe vers une prochaine étape : la généralisation de la solution à tous les lieux de commerce, peu importe leurs tailles ou budgets.

Le chemin est encore long, mais l’histoire de Crezeo et de Potion Social nous a appris que les challenges ne font pas peur à l’entrepreneur lillois !

 

+ d’infos sur Potion Social

> Les informations sur le programme d’incubation Start d’EuraTechnologies

Entreprises concernées