Publié le 27/08/2018 dans Innovation, Startups

Lever des fonds sur la blockchain avec une ICO : un succès pour Origami Network

origami network system

La startup lilloise, qui commercialise sa solution de création de marketplace, a réussi à lever l’équivalent de 300 000 dollars sur la blockchain (439.365 ETH). Elle a utilisé l’ICO ou Initial Coin Offering pour mobiliser sa communauté. Origami Network est la première société nordiste à avoir réalisé une ICO.

Une startup qui réalise une Initial Coin Offering ou ICO est une grande première pour EuraTechnologies ! Origami Network, qui édite la plateforme SaaS de marketplaces pour e-commerçants Origami Marketplace, a levé 439.365 Ether soit l’équivalent de 300 000 dollars entre le 23 février et le 23 mars 2018.

«Ce mécanisme de financement permet aux investisseurs “retail” de pouvoir se réapproprier l’investissement. Cependant, ce type de financement ne donne pas lieu à d’échange de parts, contrairement à une levée classique » explique Julien Bruitte, CEO et co-fondateur d’Origami Network.

Grâce à cette levée, la société va accélérer le développement de deux nouveaux modules de sa place de marché : Origami Payment et Origami Review.

Une méthode de levée de fonds pour être autonome

« L’innovation de l’ICO est de créer sa propre crypto-monnaie pour financer ses projets », déclare Alexandre Duquenoy, CMO de la société.

Avec une ICO, plus besoin de convaincre des VC ou business angels pour lever des fonds : les startuppers ont fédéré des contributeurs en leur expliquant les différentes étapes de leur projet.

Le recours à ce type de levée est rare en France. « Nous sommes seulement une quarantaine en France à avoir réalisé une telle opération. Origami Network est la première dans le Nord ! » s’enthousiasme Alexandre Duquenoy.

Au total, 380 contributeurs originaires de tous les continents ont acheté des tokens (jetons) ou droit d’utilisation du service au moyen de la crypto-monnaie (ORI) créée pour l’occasion par Origami Network. « Pour nous, c’est un premier pied à l’international », poursuit Julien Bruitte.

fondateurs origami network startup lille euratechnologies

Une solution de marketplace sur la Blockchain

La startup a mis au point Origami Marketplace : une marketplace décentralisée utilisant le protocole Ethereum de la blockchain. La blockchain, qui est un réseau mondial d’ordinateurs connectés entre eux, fonctionne en permanence. Ethereum est lui un des réseaux de la blockchain sur lequel des individuels ou entreprises développent des applications. La technologie la plus populaire de la blockchain est à ce jour le bitcoin, ou monnaie virtuelle.

«La blockchain apporte de nombreux avantages dont le plus important : l’inaltérabilité des informations et la possibilité de vérifier toutes les transactions déjà effectuées. Ce qui est un cas d’usage très important pour les avis clients ou encore les problèmes de service après-vente ».

Sur Origami Marketplace, les e-commerçants ont accès à la solution Origami Payment. Ce système de paiement décentralisé avec comptes séquestres utilise la technologie du Smart Contracts d’Ethereum. « Le paiement, qui est instantané, ne requiert aucun intermédiaire et peut être réalisé en Bitcoin, Ether ou en Origami Token (ORI) », la crypto-monnaie créée par la société éponyme, ajoute Julien Bruitte.

 

origami payment

La place de marché bénéficie des autres atouts de la blockchain : l’absence d’obligation de donner ses informations personnelles, des contrats incassables et qui s’exécutent automatiquement. Enfin, le processus global bénéficie d’une grande sécurité avec un protocole chiffré puissant.

Une minutieuse préparation

Six mois ont été nécessaires pour mener à bien l’ICO. « Nous avons développé nous-même notre plateforme pour lever des fonds. Une telle plateforme coûte en moyenne 200 000 dollars » commente le CEO d’Origami Network. Si le développement de la plateforme s’est déroulé sur 5 à 6 semaines, les documents légaux ont été plus longs à obtenir.

« La rédaction des documents de levée de fonds ainsi que le détail des conditions juridiques nous a beaucoup mobilisé auprès de nos conseils juridiques. » Et puis du côté des contributeurs, il a fallu mettre en place un système de dépôt de documents légaux pour que leur investissement soit réalisé en bonne et due forme.

Les étapes suivantes ont été rapides : la connexion à la blockchain par la plateforme Ethereum puis la création du token. « Nous étions concentrés pour ne pas faire d’erreur » détaille Alexandre Duquenoy. « Car une fois le processus lancé, on ne peut rien changer ».

Mobiliser sa communauté

« Pour mener à bien une ICO, il faut mobiliser sa communauté : c’est la clé du succès » commente Audrey Edart, Responsable Marketing et e-Commerce d’Origami Network. « Nous avons lancé un plan marketing similaire à celui d’une campagne de crowdfunding. »

Les fondateurs ont rédigé un livre blanc pour expliquer la finalité du projet, détailler la vente de jetons et l’utilisation des fonds, décrire les aspects juridiques. La communauté a été mobilisée grâce à Telegram et à des articles réguliers sur le compte Medium de la société.

Des tokens comme récompense

L’ICO, qui est un financement participatif, récompense les contributeurs : avec de la crypto-monnaie, ils achètent des tokens ou droit d’usage du futur service. Les investisseurs sont à la fois militants du système de crypto-monnaie mais aussi convaincus de l’utilité du futur service.

« A terme, les participants pourront utiliser leurs jetons pour acheter des biens sur nos marketplaces avec notre système de paiement ou les convertir en bon d’achat sur des marketplaces partenaires » commente le CEO.  « Les tokens permettront également de payer l’abonnement à la solution Origami Marketplace et seront une récompense après la rédaction d’un avis sur Origami Review ». Enfin, si le client d’une marketplace paye en ORI, celui-ci pourra recevoir une partie de son achat en “cash back”.

 

ori tokens vouchers

Mener à bien leurs nouveaux projets

L’Initial Coin Offering constitue une étape importante dans l’histoire de l’entreprise. « Nous n’avons pas atteint le hardcap -ou montant maximum de la levée- de 5000 ETHER. Nous avons donc réalisé un burnt des tokens en trop ». C’est-à-dire que la société a volontairement détruit les tokens en circulation qui n’avaient pas été achetés, pour éviter une baisse du cours de la crypto-monnaie lors de l’introduction sur les plateformes d’échanges.

Les nouveaux modules développés par Origami Network vont enrichir la solution de Marketplace et répondent à des demandes clients. En effet, de nombreux e-commerçants se plaignent des faux avis clients rédigés par des robots. Avec Origami Review, les avis ne peuvent pas être modifiés ou supprimé une fois postés. La technologie du Smart Contracts du module Origami Payment représente, lui, un véritable avantage concurrentiel.

 

origami review

« A l’heure actuelle, les frais de commission s’élèvent entre 1,3 et 4% du prix de vente pour un compte sous séquestre des solutions Mangopay, Stripe, Baintree, WePay. Notre système permet des frais jusqu’à 2 fois moins cher en utilisant les crypto-monnaies » ajoute le CTO.

L’équipe de Origami Network va également s’étoffer avec l’arrivée de nouveaux collaborateurs : commercial, développeur et chargé de clientèle pour accompagner la croissance de l’entreprise.

L’ICO ou un vide juridique

L’ICO, qui est une technique encore peu employée en France, demeure pour l’heure en dehors de toute réglementation. L’Autorité des Marchés Financiers, instance qui encadre les acteurs financiers français, a recommandé en février 2018 la mise en place d’un cadre légal spécifique pour ce type de levée de fonds. La future loi Pacte (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) pourrait offrir un régime de visa opérationnel, délivré par l’AMF, pour ceux qui souhaitent la pratiquer.

Des observateurs craignent que la multiplication des ICO crée une « token economy » et à terme une bulle spéculative. Certains montants d’ICO atteignent d’ailleurs des sommets aux Etats-Unis et en Russie : le navigateur web Brave a levé 35 millions de dollars en 30 secondes en mai 2017.

L’ICO, une étape et non une finalité

« Nous ne sommes pas comme n’importe quelle autre ICO qui lève des millions et des millions. Nous sommes une équipe très pragmatique et orientée vers la technologie. Nous voulions obtenir ce dont nous avions réellement besoin pour réaliser notre plan de développement » continue Julien Bruitte.

Cette levée de fonds participative a déjà une concrétisation : la date de sortie des modules pour septembre 2018. Le portefeuille de clients, 6 à ce jour, continue de s’étoffer. « Notre ambition est d’être le leader mondial de la création de marketplaces décentralisées ».

Un e-commerçant avant d’être une solution de marketplace

origami networkEn 2012, trois amis associés Julien Bruitte, Alexandre Duquenoy et Vincent Pichon créent une marketplace de cadeaux originaux baptisée Comment se ruiner. Puis ils fondent l’agence web Comptoir du Code en janvier 2015. En se rendant compte de la complexité des solutions de marketplaces, ils développent Origami Marketplace, leur outil à destination du BtoB et du BtoC,  commercialisé depuis avril 2017. Ils sont également gérants d’une deuxième marketplace Cute.Land d’objets cadeaux licorne et animaux. Origami Network est la plateforme qui regroupe la solution de marketplace et ses deux modules Payment et Review. Origami Marketplace, lancée en juillet 2017, est utilisée à ce jour par 6 clients dans des domaines variés : vêtements pour bébé, produits du terroir belges, objets DoItYourself. Origami Network, accélérée en 2013 à EuraTechnologies, est toujours située dans le hub numérique.

Entreprises concernées