Financement des start-up tech

Les entrepreneurs qui veulent créer leur start-up tech sont souvent confrontés à une difficulté majeure : celle relative au financement. De nombreuses solutions existent pour aider les entrepreneurs de la French Tech dans le financement de leur start-up. Il existe trois leviers de financement principaux :

  • Le financement public (subventions notamment BPI avec la bourse FrenchTech, exonérations fiscales type JEI jeunes entreprises innovantes)
  • Le financement bancaire
  • Le financement dilutif par levée de fonds (Business angels, fonds d’investissement)

Le financement pour la création d’entreprise par les subventions

Les dispositifs existants pour les start-ups tech sont composés de subventions de différentes natures telles que :

  • Le Fonds régional d’innovation, subvention anté création distribuée par l’ARDI (Agence Régionale de Développement et d’Innovation en Hauts-de-France) pour financer des prestations de développement, des expertises juridiques ou encore des prestations d’accompagnement commercial. Le montant maximum de subvention est de 15 000 €.
  • Les Dotations et concours sont aussi des formes de subventions, comme par exemple le concours i-LAB. i-LAB est un dispositif de soutien à la création d’entreprises innovantes avec deux principaux dispositifs utiles dans les recherches de financement : le Concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes et le Prix PEPITE – Tremplin pour l’Entrepreneuriat Étudiant.
  • La Bourse Frenchtech, destinée aux jeunes entreprises à réel potentiel de croissance créées il y a moins d’un an, immatriculées en France répondant à la définition européenne de la Petite Entreprise.

 

Le financement création d’entreprise par le capital

Le recours à la love money

Dans un premier temps, l’entrepreneur lui-même va amener les fonds dont il dispose, en phase d’amorçage du projet. Si cela n’est pas suffisant, il va alors se tourner vers de la « love money » ou FFF – Family, Friends, Fools – qui apporteront généralement de l’argent non pas pour le projet en lui-même mais surtout parce que l’entrepreneur est un ami ou membre de la famille.

Le crowdfunding

Ce moyen de financement participatif permet, de récolter des fonds par internet, ainsi que de tester son idée auprès d’une communauté en ligne. Concernant les startups Tech, l’appel au crowdfunding est plutôt destiné à des startups développant des objets connectés afin de financer leur pré-industrialisation.

Les Business Angels

Une fois que le modèle d’affaires est validé et que la structure est constituée, la strat-up fait appel aux Business Angels. Il s’agit de personnes physiques qui disposent souvent d’un réseau de contacts pertinents. Ils investissent leurs fonds propres, soit individuellement, soit réunis en associations et sont sources de conseils.

Le réseau des réseaux de business Angels est fédéré par l’association France Angels, Fédération nationale des business angels. l’Association France Angels regroupent 72 réseaux de business angels français.

Le capital investissement

Les professionnels du capital investissement également appelés venture capitalistes (VCs) interviennent en règle générale après les business angels. Pour les start-upss qui débutent (dites “early stage”), les acteurs les plus actifs sont généralement les fonds régionaux ou les fonds entrepreneurs. La sélection des dossiers est très pointue et les critères déterminants à ce stade, pour le financement de la création d’entreprise, sont la qualité de l’équipe ainsi que le potentiel d’hyper croissance de la start-up.

Le financement création d’entreprise par la dette

Les prêts d’honneur

Différents réseaux d’accompagnement tels que LMI Lille Métropole Innovation, réseau Entreprendre, France Active, accordent aux entrepreneurs des prêts personnels à taux zéro, dans un délai allant de six mois avant la création de la start-up jusqu’à 18 mois après.

Les investissements de départ et le besoin en fonds de roulement sont financés. Cela permet généralement de financer les investissements de départs et les besoins en fonds de roulement. De plus, un prêt d’honneur couplé à un capital social de départ permet à l’entrepreneur d’avoir un effet de levier et d’accéder de façon plus aisée à un crédit bancaire.

Les prêts bancaires

Le prêt consenti par un établissement bancaire pour le financement par l’entrepreneur de sa start-up est une solution classique. Gage de crédibilité, le prêt bancaire se négocie avec la banque. L’accompagnement par des structures comme l’incubateur et accélérateur Euratechnologies permet de gagner en crédibilité vis-à-vis des organismes d’aide à la création d’entreprises innovantes.

Si le chemin vers la création d’une start-up nécessite un financement adapté, les solutions qui s’offrent aux entrepreneurs sont multiples et peuvent être d’autant plus facilement mobilisables s’ils sont accompagnés par des incubateurs, accélérateurs, gage d’un accompagnement de qualité.

 

> Comment créer sa startup ?
Incubateur de startup : un accompagnement collectif et personnalisé pour lever des fonds, réaliser un pitch efficace, rédiger un business plan de startup
>Accompagnement dans la phase de croissance rapide : l’accélérateur de startups