Shareajob

Visitez notre site :
Suivez-nous
Adresse postale

165 avenue de Bretagne, 59000 Lille

Shareajob

Le partage de talents facilité !

Débloquez l’entraide entre employeur et préservez des emplois au passage !

Reportage France 3 dans le détail de la fich 😉

Shareajob.pro (lire share a job), c’est la circulation facile des talents entre employeurs ! Notamment grâce au le prêt de main-d’œuvre.

Le principe est très simple. C’est un deal gagnant-gagnant-gagnant, entre un salarié volontaire, et deux employeurs : le prêteur, et l’utilisateur.

Trois acteurs sur shareajob

Le prêteur

C’est un employeur en sureffectif, qui n’a pas assez de travail pour toute son équipe. Il met à disposition un salarié volontaire à l’emprunteur, pour une durée limitée. Il refacture le salaire du volontaire à l’emprunteur.

Le volontaire

C’est un salarié du “prêteur”, qui se porte volontaire pour prêter main-forte dans une autre structure qui a besoin de renforts. Il part en mission chez l’emprunteur pour une durée limitée.

Son salaire est payé par le prêteur, comme d’habitude.

L’emprunteur

Un employeur qui a besoin de renforts temporaires (pic d’activité, remplacement de congé maladie ou maternité…). Il accueille le volontaire en mission pour une durée limitée.  Il rembourse le salaire du volontaire au prêteur.

Shareajob et le droit du travail : le cadre légal du prêt de main-d’œuvre.

Il s’agit de contrat de mise à disposition temporaire de main-d’œuvre. Le contrat signé entre le salarié volontaire, son employeur et la structure d’accueil.

Il y a deux grandes conditions afin qu’il soit légal :

  1. D’une part, le salarié doit être volontaire. L’employeur ne peut donc pas imposer le prêt de main d’œuvre à ses équipes.
  2. D’autre part, le prêt doit être non lucratif. Il est en effet interdit de gagner le moindre euro de marge pour le prêteur. Sinon, ce serait du marchandage de main-d’œuvre. Il doit donc refacturer exactement le coût de son salarié volontaire à l’emprunteur.

Postulez au programme d'incubation avant le 18 avril !

80 jours intensifs durant lesquels vous serez challengés par nos startups managers pour valider la viabilité de votre projet tech