L’agriculture connectée ou AgTech est une façon d’optimiser l’agriculture et de rendre les technologies agricoles plus intelligentes par l’utilisation d’objets connectés, l’installation de capteurs et la systématisation du relevé de données pour optimiser le rendement des cultures.

logo le chemin des mures startup euratechnologies
Annuaire des entreprises Lille

Le Chemin Des Mûres

L’alimentation locale est aujourd’hui principalement limitée par le coût de sa logistique, jusqu’à cinq fois plus élevée que dans le circuit traditionnel. Le Chemin Des Mûres a pour objectif de résoudre ce paradoxe en mutualisant efficacement le transport de produits locaux. C’est à dire contribuer à une alimentation responsable plus accessible, moins coûteuse,  et plus écologique.

Annuaire des entreprises Lille

SENCROP

Chez Sencrop, notre métier est de construire des outils au service des agriculteurs. 

Start-up innovante de l’ag-tech Sencrop s’impose comme un acteur digital majeur de l’internet des objets (IoT). Les stations agro-météo connectées de Sencrop permettent à chaque agriculteur de mesurer des données précises telles que la température de l’air, l’hygrométrie, la pluviométrie ou encore la vitesse du vent.

loading

Connecter les métiers de l’agriculture permet aussi d’envisager une économie de ressources et de matières premières et d’optimiser la consommation énergétique liée aux exploitations.  

 

L’Internet des Objets a une part prépondérante dans l’agriculture connectée. La miniaturisation des composants permet de les installer dans plusieurs contextes pour réaliser un relevé de données. Elle est à mettre à distance de la robotisation des cultures qui consiste en l’utilisation de machines pour la culture des champs et dans les exploitations agricoles. L’agriculture connectée permet de réaliser plusieurs mesures, relevés, photos et analyses pour mieux comprendre les ressources, leur fonctionnement et optimiser le travail. Cette transition de l’agriculture industrialisée à l’agriculture connectée peut participer à une politique globale de développement durable en offrant des alternatives à l’agriculture intensive et des interventions humaines mieux ciblées. L’agriculture connectée à le mérite d’offrir une meilleure visibilité sur l’état de la nature, ses besoins et la meilleure façon de l’exploiter sans en épuiser les ressources par la consultation et la comparaison de données au quotidien. Ces données se font le relai chez le producteur et l’agriculteur de relevés scientifiques plus génériques, appliqués à ses propres cultures. Elles peuvent également rapprocher distributeur, consommateur et agriculteur en fournissant des informations sur les circuits locaux et l’agriculture de proximité. Les agriculteurs qui ne sont historiquement un public voué à être très connecté le deviennent pour ouvrir de nouvelles pistes de modes de consommation et de vente. Ils passent notamment par des coopératives qui vendent leurs produits en ligne et indiquent les arrivages récents directement aux consommateurs ou aux grossistes. Pour les plus connectés d’entre eux, certains passent à la vente directe pour générer davantage de rentabilité. Mais pour fonctionner, l’agriculture connectée doit posséder une couverture réseau suffisante sur des territoires qui sont parfois des déserts connectés. La connectivité des objets connectés est l’une des réponses à cette problématique, avec l’installation d’émetteurs bas débit, basse fréquence et longue distance comme les technologies IoT (Internet des Objets) LoRa (Long Range), Sigflox ou NB-IoT (Narrow Band IoT).  

 

Pour passer le cap de la numérisation et passer à l’agriculture connectée, les exploitants agricoles ont besoin d’être formés et de disposer d’outils informatiques suffisants, voire de s’associer à des profils du numérique qui ne sont habituellement pas rapprochés du secteur de l’agriculture, comme des data scientist et data analysts capables de traduire le Big Data en donnée valorisée. La communication et le marketing sont des aspects également très importants et qui coûtent cher, c’est pourquoi de très nombreux agriculteurs se lancent dans des campagnes de financement participatif (crowdfunding) pour faire connaître leurs exploitations et faire participer le public à leur transformation numérique et à la pérennisation de leur profession.  

 

Les objets connectés de l’AgTech 

 

Il est possible de cartographier les champs à l’aide de drones et de repérer les zones cultivables grâce à de nombreux capteurs embarqués pour une agriculture de précision. On peut considérer l’installation de capteurs pour surveiller la santé et la nutrition des animaux ou encore pour les géolocaliser grâce à des puces GPS. Pour la production de compost, des objets connectés comme des compostmètre permettent d’analyser la fabrication d’humus et l’état d’avancement de la dégradation des déchets organiques. Des relevés peuvent être effectués dans les champs pour vérifier en temps réel l’irrigation des sols, la qualité de la terre. Croisées avec les données météorologiques, les relevés de capteurs d’ensoleillement….), les agriculteurs peuvent anticiper un apport supplémentaire en irrigation en cas de sécheresse ou le fait de laisser leurs cultures sans arrosage en cas de pluies importantes. Les stations météo permettent de recueillir des informations tout au long de l’année sur les conditions climatiques, de les comparer avec les années précédentes pour en tirer des conclusions et d’anticiper sur la meilleure façon de gérer le changement des saisons et des températures.  

 

Réunies dans un data lake, ces informations peuvent faire l’objet de partage entre agriculteurs et d’un partage de compétences ou de ressources selon les besoins via des plateformes numériques. L’agriculture connectée, ce sont aussi les agriculteurs connectés entre eux. L’enjeu futur de l’agriculture connectée est l’alimentation des populations moyennant une certaine qualité nutritionnelle et ce, malgré l’augmentation démographique. On appelle aussi l’agriculture connectée le “smart farming”. Le smart farming consiste à l’optimisation des rendements, à la diminution voire à l’évitement des émissions de gaz à effet de serre et à la meilleure connaissance des sols. L’arrivée de véhicules électriques comme des tracteurs participe au développement durable de l’agriculture.  

 

Profils des startups de l’agriculture connectée  

 

Pour travailler dans une startup technologique du secteur de l’agriculture connectée, les profils d’ingénieurs en agronomie sont pertinents. Pour analyser la donnée et la traiter, les profils d’ingénieur de recherche, de data scientist et data analyst permettent de traiter de Big Data. S’il y a création d’un objet connecté, les ingénieurs en R&D, électroniciens, spécialistes en système embarqués et experts CAO sont des profils intéressants. Dans le cadre d’une double orientation développement durable – agriculture, il faut songer à des experts RSE. Pour tout ce qui concerne les marketplace agricoles, il est nécessaire de disposer de développeurs web et mobile, d’UX designer, de chefs de projet et de chargés de communication et responsables marketing en bout de file pour commercialiser le produit et le mettre en valeur. Pour conquérir de nouveaux marchés, ce type de startup recherche des profils de Business Developper intéressés par le sujet et ses enjeux.  

Le numérique recrute ! CDD, CDI, stages, alternances & decouverte des formations

Rendez-vous au Daily Jobs le 29 & 30 septembre à EuraTechnologies, Lille