Startups

Les femmes innovent et entreprennent avec EuraTechnologies !

1 janvier 1970

EuraTech

La mixité et la diversité dans les entreprises de technologies est un sujet majeur dans le développement de nos startups et scaleups. Dans un projet à vocation universelle et inclusive comme EuraTechnologies, c’est une préoccupation de tous les jours. De nombreuses associations d’entrepreneures existent aujourd’hui pour aider les femmes à se lancer, à y croire, et à ne pas se poser de barrières. Mais le chemin est encore long. Les parcours inspirants ne manquent pas dans l’écosystème EuraTechnologies, en voici deux.

EuraTechnologies comme catalyseur et accélérateur de projet

Il y a de nombreux points communs entre les femmes entrepreneures de l’écosystème des Hauts-de-France, dont un dès le début de leur aventure. Pour beaucoup d’entre elles, EuraTechnologies leur a permis de se lancer en leur ouvrant les yeux sur les innovations technologiques au service de leur projet de business. Puis en leur ouvrant de nombreuses portes pour maturer leurs idées et passer à l’exécution.

agathe cuvelier les cachotièresC’est notamment le cas d’Agathe Cuvelier, fondatrice du service en ligne “Les Cachotières” : “Nous proposons de la location de vêtements chics entre particuliers, activité que nous avons lancé en mars 2016 et incubée à EuraTechnologies. Le concept est de proposer à la location de jolies tenues que nos clientes ne portent pas forcément tous les jours. J’ai un parcours de stylisme et de modélisme. Convaincue que la location de vêtement devait être physique, j’ai commencé avec un showroom dans mon appartement. Avec l’incubation à EuraTechnologies, j’ai pris conscience de l’importance du digital, et nous sommes aujourd’hui présents uniquement sur le web”.

Meriem El Koursi My Bio TimeMeriem El Koursi, co-fondatrice de My Bio Time confirme en nous racontant son histoire : “J’ai une dizaine d’années d’expérience en cosmétique, d’abord dans le groupe LVMH, puis au sein des parfumeries Douglas, puis chez Nocibé. Dans une démarche personnelle vers le green et la consommation responsable, nous avons entrepris une quête de produits cosmétiques bio qui pouvaient nous convenir et restaient efficaces sans faire de compromis dans l’utilisation. On s’est rendu compte qu’il y avait quelques sites mais pas réellement spécialisés. De là est né MyBioTime qui a mûri jusqu’à présenter le projet à EuraTechnologies Lille puis à EuraTechnologies Roubaix (Blanchemaille) en intégrant le programme d’incubation Start . Sans ce programme on aurait eu plus de mal à se lancer. On a pu faire la preuve du concept et aborder des sujets un peu nébuleux pour nous comme la logistique, les relations fournisseurs…”.

Nos deux entrepreneures sont en accord sur le fait que sans l’écosystème et l’accompagnement d’EuraTechnologies, leurs projets ne seraient pas viables et en croissance comme c’est le cas aujourd’hui. Pour Meriem “l’accompagnement d’EuraTechnologies fait partie de l’histoire de l’entreprise basée dans le bâtiment Blanchemaille. Ce n’est pas qu’un bureau, on stocke aussi sur place nos 450 références.Tout l’écosystème a permis à My Bio Time de naître et accélérer notre business”. Même constat pour Agathe et Les Cachotières : “Sans EuraTechnologies, je n’existerais plus. J’ai rencontré pas mal d’entrepreneurs d’autres promos, beaucoup de contacts et de belles rencontres, on s’échange pas mal de conseils on s’aide mutuellement, c’est une vraie force au quotidien”.

les cachotières euratechnologies

Les inégalités sont là, mais ça avance dans le bon sens !

Agathe Cuvelier ne mâche pas ses mots sur la difficulté d’être prise au sérieux quand on est une femme qui entreprend : “Au lancement j’ai bénéficié du fait que j’étais la seule fille dans l’incubateur donc je pouvais me démarquer. A chaque fois qu’il y avait de la presse je pouvais avoir plus facilement des mises en avant et des articles. Par contre cela a très vite énorme frein, je suis limite révoltée, parce que dans tous les réseaux de business angels il n’y a que des hommes. Quand tu es une femme avec un projet féminin il faut deux fois plus d’efforts pour être prise au sérieux. Même dans mon board et mes investisseurs aujourd’hui il n’y a que des hommes”.

A ce frein s’ajoute un caractère souvent différent des entrepreneurs masculins, comme le relève Agathe : on a peut-être moins le coup de folie, on avance avec plus de prudence. Souvent les hommes lèvent beaucoup plus, en osant prendre de plus gros risques. Ca peut donc être un frein pour nous et être moins séduisant pour de nouveaux investisseurs, mais sur le long terme je pense que c’est aussi rassurant pour eux de voir que les objectifs sont tenus..

Meriem El Koursi a eu du mal, au début, à s’adapter à un milieu professionnel où les femmes représentent moins de 10% des effectifs, après avoir travaillé dans le secteur de la beauté où elles sont largement majoritaires. Mais pour elle cela n’a pas été un frein. Car “si il est vrai que l’on donne plus de crédit aux hommes qui entreprennent, ce n’est pas quelque chose que j’ai ressenti à EuraTechnologies”. Sur le fait de créer des réseaux de femmes entrepreneures, elle ajoute “on se voit de temps en temps entre nous pour parler de nos difficultés business, mais rarement de difficultés inhérentes à notre position de femmes dans un monde d’hommes, ça reste rare et c’est de moins en moins le cas. Il faut se faire sa place, ca va vite, EuraTechnologies permet de gommer tout ça. On est tous mis sur un pied d’égalité”.

Des projets de développement plein la tête !

Les entrepreneurs et entrepreneures d’EuraTechnologies sont unanimes, le “label” EuraTechnologies permet d’aller lever des fonds plus facilement. Agathe et Meriem sont en ce moment dans ces démarches pour soutenir le développement des Cachotières et de My Bio Time. L’accompagnement des équipes d’EuraTechnologies à Lille et à Roubaix permet notamment à Meriem El Koursi et à son associé d’avancer plus vite, et plus loin : “nous restons maîtres de notre business et des décisions que l’on prend, mais dès qu’on a besoin d’éclaircissement, on peut très vite trouver des réponses ou des contacts pour trouver une solution. Nous sommes actuellement dans une démarche de levée de fonds pour accélérer le business tel qu’il est aujourd’hui. Pour se différencier il faut multiplier les canaux d’acquisition, renforcer l’équipe pour se muscler sur certains sujets, c’est ce sur quoi nous travaillons aujourd’hui”.

Avec le programme d’accélérateur d’EuraTechnologies Scale, Agathe fait grandir son projet et son équipe : “Le programme d’accompagnement “Scale” pour accélérer son développement a permis de donner une nouvelle ampleur au projet avec objectifs de croissance plus rapide, et de remettre à plat nos priorités. Cela nous a permis de structurer l’entreprise et d’être focus, pour faire une première levée de fonds”. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, aujourd’hui Les Cachotières c’est une équipe de 7 personnes, qui fait 100% de croissance chaque année, avec 2000 pièces en stock et 10 000 clientes. Et ce n’est que le début de l’aventure !

L’entrepreneuriat au sein de l’écosystème EuraTechnologies se veut le plus divers et inclusif possible. Les témoignages d’Agathe Cuvelier et Meriem El Koursi vont dans ce sens et nous continuerons de vous présenter des parcours inspirants au cours des prochains mois. Les femmes prennent confiance en elles, ont le goût de l’entrepreneuriat et découvrent toujours plus nombreuses les possibilités offertes par le numérique notamment grâce aux programmes d’accompagnement d’EuraTechnologies dédiés aux startups.

Covid-19 : modalités d'accès aux campus EuraTechnologies

Les bâtiments restent ouverts aux seuls locataires des différents sites.