Startups

Télétravail : retours d’expérience de startups avec Hootside, Caast et Moha

7 avril 2021

Télétravail retours d
EuraTech

Annexe à notre dernière note d’étonnement sur le télétravail, cet article vient interroger les startups d’EuraTechnologies sur leurs pratiques autour du télétravail : quels avantages et inconvénients ? Comment le mettre en place ? Retours d’expérience de dirigeant.es d’entreprise sur ce que la crise sanitaire a changé au sein de leurs organisations.

 

Hootside

Chez Hootside, startup hébergée à EuraTechnologies au sein du programme Grow et spécialisée dans les jeux vidéos pour mobiles en réalité augmentée dédiés au tourisme, le télétravail n’était pas possible avant la crise sanitaire, avec pour cause principale, témoignage Charlotte Landry, co-fondatrice d’Hootside : « le manque d’outils de coordination pour une équipe qui venait de doubler ses effectifs (de 8 à 16 collaborateurs) en l’espace de trois mois. » Le home office forcé a finalement accéléré la structuration de la société en la poussant à trouver des moyens de synchronisation.

Dans les locaux d’Hootside, les bureaux ont été réaménagés en « zones » (réunion, pause, coin des développeurs, coin des artistes…) pour mieux correspondre à la circulation des équipes sur site, limitée et organisée sur planning.

Hootside Télétravail

Une zone de réunion aménagée au sein des locaux de la startup Hootside à EuraTechnologies

 

Télétravail Hootside

Le coin des artistes qui travaillent au design des jeux vidéos chez Hootside

Des rotations sont organisées pour le travail en présentiel des collaborateurs d’Hootside et ils se partagent désormais les bureaux disponibles dans une logique flex office.

Côté motivation et accompagnement de la productivité des équipes, des outils collaboratifs ont été mis en place : le logiciel Asana pour la partie gestion de projets, des « daily », « rétro/review » pour les équipes de développement et des outils tels que Gryzzly, qui permet d’avoir un aperçu de la charge de travail de chaque membre de l’équipe. L’outil metroretro.io permet de récolter sur un tableau digital de post-it les tendances des dernières semaines de travail et de doser le moral des équipes : « Ça libère la parole et les collaborateurs n’ont pas peur de coller des post-it dans les sections « Good / Bad / Start / Stop ». On arrive à déduire de ces messages des actions à mettre en place pour les chefs de projets » apprécie Charlotte Landry, Directrice Créative et Co-fondatrice de la startup Hootside.

Doser l’impact de la crise sanitaire et réagir

Grâce à cet outil « thermomètre des émotions », les co-fondateurs d’Hootside ont pu prendre conscience suite au premier confinement que le travail à distance ne convenait pas à tout le monde. Malgré cela, Charlotte Landry relève que, paradoxalement, le télétravail a pu représenter une aubaine pour son entreprise : « Les gens n’ont jamais été aussi impliqués que depuis la crise. Ils se sont intéressés à notre stratégie de levées de fonds, à la possibilité de faire appel à un PGE ou non… Ils se sont impliqués dans notre quotidien de dirigeants ! » apprécie t-elle.

Un élan de soutien qui rassure les entrepreneurs, au départ peu convaincus par le télétravail : « Avant la crise, on n’avait pas forcément envie de mettre en place le télétravail parce que, dans notre tête, ça nécessitait d’être des cadors du management. Les équipes nous ont aidé à le mettre en place, en faisant remonter leurs besoins pour travailler au mieux. »

Une bonne nouvelle au passage ? Depuis l’institutionnalisation du télétravail, Hootside laisse ses collaborateurs libres de choisir où ils souhaitent vivre et peut embaucher partout en France, voire à l’étranger.

Caast

Depuis le premier confinement, les équipes de la startup Caast ne se sont pas revues en présentiel. Caast (ex- Potion), fondé par Antoine Leclercq est une entreprise experte en animation commerciale. En 2020, au cœur de la crise, Caast change de business model – passant de l’animation de communautés de clients au live shopping – et oriente tous ses collaborateurs vers le travail en distanciel à 100%, à l’exception de bureaux à EuraTechnologies pour l’hébergement de son siège social.

Pour assurer le suivi des projets, Antoine Leclercq anime avec son équipe d’une dizaine de personnes des rendez-vous chaque semaine, un point stratégique une fois par mois pendant 2 à 3 heures en format open table et des points individuels « à la demande ». Le CEO de Caast a fait le pari de dématérialiser la totalité de ses services et assure ainsi à ses salariés la possibilité de déménager en France ou dans n’importe quel pays du monde s’ils le souhaitent, à condition qu’ils aient a minima « 5 heures de fuseau horaire en commun avec la France ».

Et il a été pris au sérieux puisque l’un de ses collaborateurs est déjà parti au Mexique et un autre fera bientôt ses valises pour le Japon. Pour impliquer ses salariés les plus isolés, le fondateur de Caast les invite à s’investir autour de la partie stratégique, afin de pouvoir mesurer leur impact sur l’entreprise et n’hésite pas à leur consacrer plus de temps individuel.

Cerise sur le gâteau de ce changement d’organisation, pour le chef d’entreprise, la crise sanitaire est un paradoxe de succès : « Je vais peut-être choquer… Mais c’est la meilleure chose qui nous soit arrivée ! Nous avons depuis multiplié par dix notre nombre d’interactions-clients et nous n’avons désormais plus de limite en matière de prospection commerciale. »

Moha

Moha est une jeune entreprise basée à EuraTechnologies, à Lille, qui accompagne les collaborateurs en entreprise à améliorer leur bien-être au quotidien et développe à cet effet une application mobile comportant un outil d’analyse réalisé en partenariat avec le monde de la recherche ainsi que des ateliers, des formations et du conseil.

À condition de bien vouloir le mesurer, le télétravail génère des indicateurs de QVT (qualité de vie au travail) qui doivent être pris en compte par les entreprises. L’un des clients de Moha, une entreprise IT de 45 collaborateurs sur la métropole lilloise a pu mesurer le bien-être de ses collaborateurs grâce aux outils d’analyse produits par la startup, ce qui a permis à Moha de relever des problématiques de stress au sein des équipes et des problèmes de dos liés à la réduction de l’activité physique quotidienne, pour ensuite accompagner l’entreprise dans la résolution de ces troubles.

Quentin Ryckewaert MOHA« Ces sujets sont souvent mis de côté en entreprise, tant qu’aucun problème ne pointe le bout de son nez. Il est pourtant très important pour les managers d’ouvrir les yeux et de trouver des leviers d’action face à ces risques, qui peuvent être évités. Pendant le confinement, de nombreux talents ont été matraqués de demandes chez ce client pour aller travailler ailleurs. L’accompagnement au quotidien des collaborateurs par les managers avec la mise en place d’actions pour favoriser le bien-être en entreprise est un moyen de fidéliser et d’attirer des talents ! » appuie Quentin Ryckewaert, co-fondateur de Moha.

 

Lire avec : Note d’étonnement sur le Télétravail 2021 avec Hello Lille et la MEL




Trouvez votre idée de startup !

Vous avez l’âme d’un(e) entrepreneur(se) et il ne vous manque plus que le projet ? 4 jours pour entreprendre vous permet de trouver votre idée innovante. RDV du 6 au 9 septembre