Evénements EuraTechDay

EuraTech’Day Summer (Part. 1) : un retour sous le signe de la solidarité

15 juillet 2020

Dans la foulée de la réouverture partielle des campus EuraTechnologies s’est tenu l’EuraTech’Day Summer spécial Business. Exceptionnellement, cette édition encore marquée par la crise du COVID19 a eu lieu à la fois en présentiel et sous forme dématérialisée en live sur le net, et a mis en avant la solidarité des entreprises Lilloises.

EuraTech

Lors de son discours d’introduction de l’EuraTech’Day Summer 2020, Raouti Chehih, Président du Directoire, est revenu sur les incidences de la crise du COVID19 sur l’organisation d’EuraTechnologies. Cette crise a été un moteur de transformation rapide avec en premier lieu le développement d’une expertise en ligne afin de maintenir le rôle d’EuraTechnologies auprès de la communauté. Ainsi, depuis le début de l’année plus de 200 événements ont été organisés, dont 70% ont eu lieu en ligne. Il a eu également l’occasion de mettre en avant la solidarité des entreprises lilloises.

« J’ai passé du temps avec les entrepreneurs pour comprendre comment chacun a fait face à la crise COVID19 et a trouvé un moyen de se réinventer », expliquait Raouti Chehih. « Même si cette crise n’est pas terminée on voit déjà qu’elle a eu un impact sur les façons de travailler. Beaucoup d’idées ont émergé de cette période critique et, très certainement, on ne fera plus de business comme on le faisait auparavant. Je suis certain qu’une réponse sera notre capacité à faire front ensemble », concluait-il.

Veiller au bien-être des employés

La solidarité semble en effet avoir été une clef dans la traversée du COVID19. Entre les entrepreneurs et leurs employés, d’abord. Ainsi, pour Cédric Tumminello, co-fondateur de Yper, une entreprise qui apporte des réponses à la problématique des livraisons sur le « dernier km », le COVID a bien sûr engendré de gros bouleversements en interne. En quelques jours il a fallu réorganiser l’entreprise et prendre très rapidement un ensemble de décisions. « En basculant dans un mode de télétravail intégral, nous avons essayé de maintenir un lien quotidien avec les équipes. L’ensemble des managers s’est relayé pour veiller à ce que les collaborateurs ne souffrent pas de l’isolement dans le travail », souligne Cédric Tuminnello. D’autres actions ont également été menées à destination des partenaires et des clients. Ainsi, les coursiers ont été accompagnés dans leurs démarches pour palier à la baisse d’activité, ou encore une attention particulière a été donnée aux personnels soignants qui ont pu bénéficier de livraisons gratuites.

Un mouvement de solidarité qui dépasse l’entreprise

Chez Share & Smile, société spécialisée dans le partage gratuit de matériel sportif entre particuliers, c’est l’ensemble du service qui a été adapté pour répondre à la crise. « Notre concept est de travailler à partir de ressources qui existent déjà et de savoir les mobiliser au service des nouveaux enjeux du moment », expliquait Clément Hostache, fondateur de Share & Smile lors de sa présentation. « Nous avons donc décidé de voir comment aider les travailleurs de la « première ligne de front ». Les transports en commun constituant un risque élevé, nous avons orienté notre solution vers les prêts de vélos aux personnels soignants ». Dans la foulée, la plateforme a été adapté à un autre besoin urgent exprimé par les entreprises : le partage temporaire de ressources humaines.

Un fablab complet au secours du secteur médical

TechShop, le fablab installé sur le campus d’EuraTechnologies à Lille et composé d’une centaine machines de prototypage, est allé encore plus loin dans la démarche solidaire. Après un arrêt brutal de ses activités, qui s’effectuent presque essentiellement en présentiel, la collectivité des « makers » a proposé des masques, des systèmes de protection ou encore des poignées de portes personnalisées afin de répondre à la crise du COVID19. « Rapidement, nous avons eu des demandes directes du secteur médical », expliquait Julien Ignazewski, directeur du TechShop. Le CHU de Lille ne disposant pas assez de matériel, le fablab, avec l’appui de grande marques (Leroy Merli, BASF, L’Oréal), a commencé à fournir l’hôpital en visières de protection. En démarrant avec une production de 200 visières par jours, TechShop est rapidement passé à un rythme de 1000 visières par jour. « Les visières de l’espoir étaient nées », expliquait Julien Ignazewski, « et nous avons pu ainsi fabriquer 40 000 visières à destination des Ehpad, des hôpitaux et associations au contact de publics défavorisés ». Finalement, cette crise aura révélé un formidable élan de solidarité et de résilience de la part de nombreuses startups Lilloises.

Et aussi >> EuraTechDay (Part. 2) : le délicat exercice de la levée de fonds

>> EuraTechDay (Part.3) : des opportunités pour se développer en Europe

LA FABRIQUE : 7 startups e-commerce s'exposent chez MacArthurGlen à Roubaix