Publié le 25/04/2013

Pour Asos, la conquête du marché européen passe par Lille

Après Trade Tracker, Tata Consultancy Services (TCS), c’est autour d’Asos, le leader britannique et l’un des champions mondiaux de la mode en ligne d’avoir inauguré ce mardi 23 avril dans l’espace VIP d’EuraTechnologies, le jour de la Saint George – fallait y voir un signe – son premier bureau français dans la capitale des Flandres.

Selon son CEO et fondateur Nick Robertson, Lille représente la porte d’entrée idéale en « Europe centrale », l’Europe continentale pour nous autre froggies. Lille est donc un nouveau palier franchi après les implantations worldwilde à New York et Sydney, avant de s’attaquer à Berlin et à la Chine fin 2013.

Pourquoi la France ?

La France représentent le 3ème plus gros marché (hors Royaume Uni) derrière l’Australie et les Etats-Unis pour l’enseigne britannique, qui y réalise environ 7% de son chiffre d’affaires. Aujourd’hui Asos compte 800.000 clients actifs dans l’hexagone après l’ouverture du site en France, alors qu’il aura fallu 7 ans à Asos pour arriver à ce même chiffre au Royaume Uni. Nick Robertson a annoncé une croissance vertigineuse de 80% sur le marché français, a comme objectif avoué un CA de 300 millions d’euros d’ici 5 ans.

Lille un choix quasi naturel

Grace à un écosystème reconnu mondialement dans les secteurs du retail et du e-commerce, la région Lilloise s’est tout naturellement détachée de la concurrence parisienne. Paris où Asos dispose tout de même d’un ancrage avec l’ouverture depuis le 1er avril d’un showroom.

Toutefois ce qui fit pencher la balance en faveur d’EuraTechnologies, pôle d’excellence dédié aux TIC, c’est dans un premier temps sa situation géographique stratégique à 1h30 de Londres en Eurostar, autant dire la proche banlieue. Mais également le tissu de startups innovantes et le réservoir important de talents qui compose ce temple du digitale.

50 à 100 personnes dans cinq ans

Le bureau France d’Asos dirigé par Gaële Wuilmet aura pour objectifs d’accroitre la notoriété de la marque en France et concevoir toutes les campagnes de marketing digital. Composée actuellement de 15 personnes, l’équipe lillois pourrait rapidement compter 50 à 100 personnes d’ici à cinq ans, selon la progression de leur activité.

Autre bonne nouvelle dans l’escarcelle de Nick Robertson la volonté du groupe d’installer à terme la plateforme logistique dédiée à « l’Europe centrale » dans la région lilloise.